Prisonnier de guerre francais 39 45

meeshmoo.com livre Presses universitaires du Rennes biographie la captivité des prisonniers du g... esquive prisonniers français dedans l"i...
*

les prisonniers français à lintérieur l"industrie ns guerre allemande : une composante parmi la main-d"œuvre forcée, composite und hiérarchisée

1Les prisonniers français affecter aux kommandos de mouvement des corporations en Allemagne n"y rencontrent étape seulement des allemands (commandants, contremaîtres, collègues, population civile) maïs ils fabriquer partie d"un découper de différentes catégories de personnes contraintes au action et retenues en Allemagne contre leur gré : prisonniers ns guerre polonais mau transformés ns force en civils, soviétiques échappant jusquà la cacher de ns Convention de Genève, ainsi que les internés militaire italiens, das civils appelés et requis du nombreux nation occupés jusqu’à l"Ouest et jusquà l"Est et enfin das déportés de camps du concentration1.

Vous lisez ce: Prisonnier de guerre francais 39 45


2Ils fabriquer partie d"un univers ns conditions de terrain et d"existence très divergentes, selon une hiérarchie impitoyable ne retraite qu"une marge carrément limitée de solidarités. Le état et das conditions de vie des prisonniers ns guerre participent à d’un évolution générale continue d"une hiérarchie définie selon des critère idéologiques, raciaux et politiques vers ns primat restes grandissant des nécessités économiques ns la « guerre totale ».

qui étaient-ils ?

3Le Blitzkrieg contraire la la france fit tomber près du 1 850 000 prisonniers aux guerre entre das mains ns la Wehrmacht victorieuse2. Près aux la demi d"entre eux entra d"ailleurs en captivité après que Pétain, dans l"attente d"un traité ns paix imminent, eut nommé à arrêter le combat. Dans esquive premières semaines, les prisonniers originaires ns l"Alsace et aux la Lorraine annexées ns fait, furent relâchés (parfois convectif se se remettre peu de temps cette enrôlés du force à lintérieur la Wehrmacht). Les blessée et les malades furent aussi remis en libre et partie prisonniers réussirent jusqu’à s"évader. Les 90 000 prisonniers, convecteur la plupart ns couleur, des colonies les français et d"Afrique de Nord donc que 110 000 est différent prisonniers ns guerre restèrent d"abord dans das Frontstalags en France. Alentours 1 580 000 prisonniers françaises furent transférés en Allemagne, dans das 28 camps pour officiers (Oflags) rang 69 camps pour hommes aux troupe (Stalags) des dix régions militaires (Wehrkreise). ils représentent alentours 10 % ns la population française masculine adulte de l"époque, cette qui porta durablement désavantage à ns production agriculture et industriel française.


495 % des prisonniers de guerre furent immediatement transférés des Stalags dedans 82 000 kommandos de mouvement dans l"industrie, l"agriculture ou l"artisanat qui oui eux-mêmes souvent leur privé camp, du taille variable, foins furent affectés à des kommandos mobiles, Bau- und Arbeitsbataillons. les nombre des prisonniers du guerre françaises détenus à lintérieur des camps allemand diminua au fur et jusqu’à mesure pour atteindre 940 000 finir 1944. Ce chiffre courrier électronique à 70 000 évasions réussies, 90 747 remise en liberté dedans le cadre ns la « Relève » und 324 000 etc remises en liberté convoque des raison diverses. 21 000 prisonniers ns guerre les français trouvèrent ns mort foins sont portés disparus jusqu"en 1944. La dernière année de guerres coûta la vie à 37 000 prisonniers supplémentaires. Lorsque l"on décida, en 1942, d"emmener das prisonniers du guerre soviétiques survivant en Allemagne et aux les force au terrain au lieu ns les laisser mourir de fascination dans das Frontstalags (comme tel oui été les sort ns 2 des millions d"entre eux auparavant), les part relatif des les français parmi das prisonniers du guerre titulaire en Allemagne diminua. Avant janvier 1942, esquive Français avaient représenté presque 70 % des prisonniers du guerre en Allemagne. Esquive deux tiers alentours des prisonniers du guerre les français furent retenue cinq année entières en captivité en Allemagne.

Prisonniers aux guerre profitez-en enjeux du la politique

5Outre l"aspect économique, le calculer politique a en outre joué un platine déterminant, das prisonniers de guerre gardés en détention allemand étant ns moyen du chantage contraire le régime ns Vichy. En effet, das efforts intensifs de régime de Vichy pour acquérir des concessions allemandes au matière des prisonniers du guerre étaient une question de poids en politiques intérieure, même la causer d"être du régime de Vichy. Pétain, de la descendre française, avait fait le pari que ns guerre différent définitivement perdue venir profit aux Reich et qu"un traité aux paix causer le revenir des prisonniers ns guerre dalain imminent. à lintérieur l"attente d"un partenariat sous tutelle allemande, il différent prêt jusqu’à collaborer avec les allemands dont cette espérait pouvoir fusillades des avantages pour esquive prisonniers aux guerre. Ceux-ci furent toutefois les premières victimes de cette politique. Pétain renonça ex à la abri des prisonniers aux guerre les français par das USA, force neutre destiné par les Convention du Genève, und en chargea georges Scapini qui reçut, avec le au titre d"ambassadeur, la direction aux « Service diplomate des Prisonniers de Guerre ». Les voie fut ainsi ouverte jusqu’à d"ultérieures violations aux la Convention de Genève suite dût entériner alors le régime du Vichy, à tout moment sous l"empire du chantage.

Voir plus: Pays De L Europe De L Ouest

6En contrepartie, les allemand relâchèrent environ 100 000 prisonniers de guerre, en particulier ceux dont elle ne pouvaient tournage que peu de profit. En aussi temps, la de valeur des prisonniers ns guerre augmenta car ils pouvaient désormais être employés dedans l"industrie d"armement, ns infraction grave à la Convention de Genève que das États-Unis n"auraient étape tolérée. Del que le authority de Vichy eut admis l"emploi des prisonniers de guerre dans l"industrie d"armement, il n"y eut démarche non plus de protestations lorsque, vers la fin du la guerre, des prisonniers du guerre françaises furent utilisés pour des travaux pertinent direct auprès les combats. Il est vrai qu"alors Vichy était achevée à la merci aux l"Allemagne. D"autres violations ns la Convention de Genève concernent la abri anti-aérienne und la emplacement au travail des sous-officiers rang d"officiers, mais le résultat en fut très limite en cette qui concerne ces derniers.

7L"évasion spectaculaire aux général harcèlement le 17 avril 1942, accueillie avec sympathie par das prisonniers ns guerre français, fut une des opportunités qui fit sensiblement meugler l"estime des prisonniers aux guerre convectif Scapini. En effet, celui-ci demanda publiquement jusqu’à Giraud de se déremboursement et exigea des prisonniers français, convectif lesquels s"évader ns la détention allemande était un devoir patriotique, ns s"abstenir du telles tentatives. Même au cas où Scapini s"exprima par conséquent pour des causer tactiques, ses exhortations ne restèrent étape sans effet et créèrent parmi les prisonniers une confusion que les allemands ne manquèrent étape d"exploiter. Ses essai pour acquérir des prisonniers de guerre l"obéissance absolue envers ns maréchal Pétain et une confiance bédé en les politique ns son autorité furent donc compromis ns manière durable. Ce terrain idéologique fut pourtant une des activités les reconnaissance importantes ns la ordre Scapini qui mit en carré des « cercles Pétain » dedans les camps dès l"été 1941 und nomma des « officiers-conseil » à partir du mars 1942 convoque les différents Wehrkreise.

8Seule d’un partie des prisonniers du guerre doit sa remise en liberté à la collaboration franco-allemande. En 1940 déjà, le page français dalka prêt à évaluer l"intérêt allemand convecteur la main-d"œuvre configuré par cette butin aux guerre. Scapini lui-même ajuster la proposition aux mettre à disposition des la main doeuvre qualifiés français en échange des prisonniers ns guerre remis en liberté. Le autorité français aurait par conséquent atteint des résultat visibles und résolu ns manière élégante un se rapporter à soigneusement caché à l"opinion publique. Antérieur à un taux aux chômage élevé, ns régime ns Vichy n"avait en effet ne sont pas intérêt à un retour fixé des prisonniers du guerre. Ns échange anti des la main doeuvre civils semblait par conséquent être la solution parfaite.

9Cependant, la proposition française n"intéressait étape encore les allemands en 1940 car, misant pour la réussite de la stratégie du Blitzkrieg, eux ne considéraient pas comme urgent du trouver une solution durable à problème ns la main-d"œuvre. Par conséquent l"idée de la « Relève » fut réalisée seul en 1942, lorsque Laval ns remit en jeu affronter à ns réquisition forcée ns main-d"œuvre annoncé par Sauckel. L"arrivée, tous d"abord dessus la investissements du volontariat alors sous les contrainte, ns centaines de milliers ns travailleurs civils conduisit jusquà la relaxer d"environ 90 000 prisonniers aux guerre (sur ns million de prisonniers restants), dont du nombreux malades foins blessés. Un effets « positif » aux cette mesure fut que les camps ns prisonniers furent « nettoyés » des collaborateurs les concède notoires, là les allemand décidaient en fin du compte qui différent inscrit dessus les listes. D"un divers côté, ns procédé semait la discorde parmi les prisonniers de guerre rang l"espoir d"une éventuelle communiqués rendait sans pour autant doute plus dociles ns partie des prisonniers.

10Une autre idée, début par Scapini en peut faire 1941 mais qui ne fut mise en œuvre moyennant les allemand qu"en 1943, fut la transformation de statut ns 197 000 jusqu’à 250 000 prisonniers de guerre en ouvriers civils. D’elles était surtout avantageuse pour les Allemands : augmentation aux leur produire grâce à un surplus du motivation de la aller des travailleurs qui recevaient une salaire ns civil, économie ns 30 000 soldats allemands affecter à la surveillance des prisonniers et possibilité d"utiliser ceux-ci sans scrupules dedans l"industrie d"armement. Convectif les prisonniers ns guerre, les « transformation » signifiait certainement la perte de la protection, déjà poreuse, du la Convention ns Genève mais, en aussi temps, des avantage matériels directs et plus de liberté. En aussi temps, des mesures aux réquisition géant forcée aux travailleurs civils étaient mises en place. À partir du la « Relève forcée » en passant par le STO aux février 1943, plusieurs fois étendu à de actualité catégories par la suite, entré 700 000 rang 850 000 la main doeuvre civils durent captation le route des usines allemandes, ns partie d"entre eux présent officiellement comptabilisés sous le étiqueter « Relève des prisonniers », à des fins du propagande.

Voir plus: Cuisses Gren Ou Trouver Des Cuisses De Grenouilles Fraiches, Cuisses De Grenouilles Sea Harvest

11De méthode générale, ns politique collaborationniste du Vichy à sujet des prisonniers aux guerre ne fut pas couronnée ns succès car la signé d"un traité aux paix causer la relaxer rapide et parfait des prisonniers ns guerre n"intervint pas. Les renoncement unilatéral de la aller du authority de Vichy jusqu’à la cacher par ns Convention ns Genève en acceptant ns figurer soi-même prendre plaisir puissance protectrice alors qu"il se trouvait entre le chantage allemand, fit des prisonniers aux guerre restés en Allemagne des otages parce que le merci des allemand et poussa l"État françaises à une la coopération toujours plus active avec Hitler. La mise au mouvement des prisonniers aux guerre et leur protection par la commander Scapini s"inscrivaient par conséquent dans le cadres politique aux la la coopération d"État. Aucas les prisonniers aurait placé d"abord du grands espoirs à lintérieur la politique du Pétain, le les soutiens idéologique venir régime déclina dans la maison de la plupart à lintérieur la mètre où les politique ne portait pas de fruits, et suite la collaboration devenait reconnaissance évidente. Les distance s"accrut du fait ns l"arrivée des nombreuse requis de force qui ouvraient les yeux du leurs compatriotes prisonniers sur ce qui se jai livré en France.